Parson Russell très vive et futée

L’eau

L'eau dans Mon journal p1

Petite devinette du jour :

- Qu’est ce que c’est sur cette photo ?

- A quoi ça sert ?

- Et c’était quoi autrefois ?

Réponse : C’est une « citerne » d’eau, qui sert à récupérer l’eau de pluie, pour arroser le jardin. C’est un complément utile quand le puits se tarit en général en juillet-août chaque année. Cette année, exceptionnellement, le puits qui dépend du niveau de la nappe phréatique, n’est pas à sec.

Autrefois, c’était un four à pain, en ruine. On a conservé le cercle en pierres, on a juste déblayé le toit effondré du four, et rajouté un peu de pierres autour.

Pourquoi parle-je de cette « citerne » dans ce blog consacré à la vie de ma chienne ?

Parce que c’est un piège mortel, tonnerre de Brest !

Cette semaine, Lilas tente de jouer avec l’eau de cette citerne. Elle glapit, couine. Je comprends parfaitement qu’elle a envie de plonger, de nager. Je ne l’encourage point, car c’est profond d’un bon mètre et l’eau est glacé, de plus si elle est dedans, elle ne s’en sortira pas seule, et elle peut alors mourir noyé d’épuisement.

Il es fréquent de trouver un animal mort noyé dedans : un rat, une taupe, un lapereau, une souris, un crapaud, un lézard etc…

Comme j’adore des animaux, et que je veux qu’ils puissent s’en sortir de ce piège, j’ai mis une longue planchette étroite dedans, ça n’a pas marché : ça ne tient pas bien, ça se soulève.

Mon mari pense faire un jour un couvercle en béton. Mais ça fait des années que cette citerne existe, et pas de couvercle.

Alors, pour faire comprendre à Lilas que cet endroit est très dangereux, je me suis assise sur le rebord, j’ai trempé mes jambes dedans. Lilas excité, couine, frappe l’eau de ses pattes avant, tourne en rond autour de la citerne. J’ai pensé « Elle finira par tomber dedans…je la surveille ».

Et bien, elle a finit pas tomber dedans. Elle nage, inquiète, car elle a vu qu’elle ne touche pas le fond, et qu’elle ne peut pas s’en sortir d’elle même. J’ai pris Lilas et je l’ai fait sortir.

J’ai continué à tremper mes pieds et faisant mine d’ignorer Lilas. Elle ne couine plus, ne glapit plus, ne cherche plus à me faire comprendre qu’elle veut nager. Elle délaisse la citerne, mordille des brins d’herbes.

Alors, je me relève. Je prépare une bassine remplie d’eau pour eau. Un panier à linge en plastique et de l’eau. Elle sautille de joie.

Et voilà, elle barbote des heures dedans. Si bien, qu’elle a attrapé un léger coup de soleil au ventre !

Expérience à renouveler pour qu’elle comprenne qu’elle ne doit jamais tenter de jouer avec l’eau à la citerne, mais qu’elle peut patauger dans la mini-piscine que je prépare pour elle.

16 juillet, 2013 à 12:55


Laisser un commentaire